acceuil "les amis de Tuili"
 

Albums photos
(en construction)

Accueil
 

Le village de Tuili et le Burkina Faso

Tuili dans le Burkina       

zoomerloupe
Tuili, 13 villages, 15 000 habitants
Tuili c'est  13 villages, 15 000 habitants
1 point d'eau/300 habitants en 2011
ici : carte des puits, des forages existants et des 17 à faire soit 300 000€


Le village de Tuili


Géographie : Tuili se trouve dans la zone climatique "soudano-sahélienne", surtout recouverte de savane, avec 950mm de pluie par an concentrée de juin à octobre.


Économie: Les habitants de Tuili sont principalement des agriculteurs. Les pluies estivales permettent surtout la culture du sorgho, du mil et du maïs. De plus, le maraîchage fournit des récoltes de légumes (tomates, oignons...) de septembre à décembre. Les réserves d'eau autorisent une prolongation du maraîchage de décembre à mars. Mais, sans moyen de conservation, la pénurie s'installe ensuite jusqu'au retour des pluies et des nouvelles récoltes.
Tuili produit aussi un peu de coton au revenu très aléatoire du fait de la politique mondiale et de l'aide américaine à ses propres cultivateurs.





Ce sont surtout les femmes qui s’occupent des plantations.

Organisation politique : Importance de la chefferie traditionnelle de Tuili dirigée par le Naba Tuili. Des élections ont mis en place des conseillers municipaux en 2006 avec une parité homme-femme parfaitement respectée, un homme, et une femme par village, soit 26 conseiller municipaux. Mais Tuili n’ayant pas des rentrées fiscales suffisantes, le village est rattaché à Kombissiri.

Lors des élections municipales en 2011, Tuili devrait être une commune rurale de plein exercice. Si cette décision était prise par les autorités, cela ouvrirait la porte a des jumelages, qui sont impossible à l’heure actuelle.


Linguistique : Les habitants de Tuili parlent le Moore ; seuls ceux qui vont à l'école apprennent le français.


   

Le Burkina Faso


Géographie Le Burkina Faso est une pénéplaine, ce qui signifie que son relief est caractérisé par des formes très douces et des vallées très évasées. Son altitude moyenne est en effet de 300m.
Il devait son ancien nom de Haute Volta aux trois cours d'eau qui le traversent : le Nakambé (Volta Blanche), le Nazinon (Volta Rouge). Et le Mouhoun (ex Volta Noire), qui est le seul fleuve permanent du pays avec la Camoe. Le manque d'eau est un gros problème surtout au nord du pays en saison sèche.


C'est un climat tropical avec une longue saison sèche (novembre à mai) et une courte saison humide (juin à octobre), saison plus courte encore au nord du pays.
Le pays est divisé en 45 provinces et 301 départements avec une population rurale à 85%, même si les villes se développent rapidement. Les deux principales villes du pays sont Ouagadougou (1 200 000 habitants), la capitale, et Bobo Dioulasso (310 000 habitants)


   

Histoire: On situe la constitution des premiers royaumes Mossi à partir du 11ème ou 12ème siècle. Celui de Ouagadougou, dirigé par le Mogho Naba, devint rapidement le plus influent. Même si le pays mossi était divisé, les royaumes présentaient une cohésion sociale et religieuse et une stabilité politique exceptionnelles. Ils réussirent à se maintenir jusqu'à la conquête française, à la fin du 19ème.
Le Burkina-Faso est colonisé à la fin du 19ème siècle, parce qu'il est sur le chemin dans la course de vitesse que se livrent Britanniques et Français pour établir une domination sur la boucle du Niger afin de rejoindre leurs colonies d'Afrique occidentales, centrales et septentrionales. Les deux pays lancèrent plusieurs expéditions. En 1895, La France signe un traité de protectorat avec le Yatenga. L'armée française prit Ouagadougou en 1896 et, en 1897, la totalité du pays était occupée. D'abord intégré au Haut-Sénégal-Niger, puis colonie indépendante en 1919, sous le nom de Haute-Volta, il et est alors l'un des territoires constituant l'Afrique Occidentale Française. (Recrutement Guerre de 14-18). Mais le projet de création d'un Office du Niger pour mettre en valeur le delta intérieur de fleuve, et les besoins de main d'œuvre pour les grandes plantations ivoiriennes, conduisent au démantèlement du territoire en 1932. Il est divisé entre le Niger, le Soudan et la Côte d'Ivoire. Ce n'est que le 4 septembre 1947 que la Haute-Volta fut réunifiée.
C'est à la même époque que des mouvements nationalistes se développèrent. En 1956, la loi-cadre instaure le suffrage universel dans les colonies françaises d'Afrique et leur accorde aux colonies plus d'autonomie administrative. La constitution française de 1958 leur donnait une autonomie complète. La Haute -Volta accéda à l'indépendance le 5 août 1960 et Maurice Yaméogo devint le premier président de la République. Le régime devient très vite autoritaire; Yaméogo élimine ses adversaires et instaure un système de parti unique. Mais il finit par perdre le soutien des notables traditionnels, des syndicats et du clergé. Fin 1965, il annonce des mesures d'austérité, rendues nécessaires par les difficultés économiques du pays et une gestion désastreuse.
Il est renversé le 6 janvier 1966 par un coup d’état militaire, mené par le lieutenant-colonel Sangoulé Lamizana.
Celui-ci resta au pouvoir pendant 14 ans. Il mit en œuvre une politique d'austérité économique et tenta de mettre en place une démocratie parlementaire, mais ce fut l'armée qui garda le pouvoir. Il fut lui-même renversé en 1980. Deux autres coup d'état militaires, finirent par amener le capitaine Thomas Sankara au pouvoir en 1983. Ce fut le début d'une nouvelle ère pour la Haute -Volta qui, le 4 août 1984 prit le nom de Burkina-Faso : le pays des hommes intègres. Il fut assassiné à Ouagadoudou le 15 octobre 1987
et remplacé par un militaire Blaise Campaoré. Le Président Blaise Campaoré a été ré-élu pour la 4ème fois en 2010.


 

Institutions politiques Depuis l'adoption de la Constitution du 2 juin 1991, le Burkina Faso a un régime semi-présidentiel. Le Président de la République est élu au suffrage universel pour cinq ans (renouvelables une fois) et peut dissoudre l'Assemblée composée de 111 membres aussi élus pour 5 ans.


   

Économie C'est un des pays les plus pauvres de la planète. L'agriculture représente 32% du PIB et occupe 80% de la population active. Il s'agit principalement d'élevage et de cultures vivrières (mil, sorgho, maïs, riz …) ; ces dernières recouvrent 90% des surfaces cultivables; mais ces vivres viennent souvent à manquer, notamment dans les semaines précédant la saison des pluies. Les précipitations sont mal réparties et trop souvent insuffisantes ce qui rend le sol extrêmement aride.
Les cultures de rapport (tels que la production de coton) progressent mais sont menacées par la concurrence, la dégradation des cours du marché mondial, l'apparition de produits de substitution et l'attrait que représentent les cultures vivrières en période de pénurie et qui font que les superficies qui leur sont consacrées diminuent.
A cela s'ajoute d'autres handicaps :
Le Burkina n'ayant pas de débouché sur la mer, tout le commerce extérieur transite par la Côte d'Ivoire et le Togo. Le taux de couverture des importations par les exportations ne dépasse pas 35%.
Les ressources énergétiques du pays sont presque inexistantes et le sol est pauvre en matières premières immédiatement exploitables.
Ainsi, malgré des politiques d'austérité financière qui lui évitent de connaître des crises aussi graves que d'autres pays de la région, l'économie du Burkina-Faso reste très dépendante de l'aide internationale.


   

Langues Le français, langue des anciens colonisateurs demeure la langue officielle et administrative. Mais elle n'est parlée que par 22,8 % de la population, dont seul un tiers est pleinement francophone. Ce sont les langues des ethnies qui sont le plus parlées. En effet, la population est composée d'une soixantaine d'ethnies d'importance très inégale : Mossis 48 %, Peuls 10 %, Lobis-Dagaris 7 %, Bobos 7 %, Mandingues 7 %, Sénoufos 6 %, Gourounsis 5 %, Bisas 5 %, Gourmantchés 5 % …
Il est intéressant de noter un rôle particulier et tout à fait positif joué par le français dans les relations inter-ethniques. C'est la langue neutre, commune à tous et étrangère à chacun, qui permet à tous de s'exprimer politiquement et culturellement.
En effet, on a de tout temps au Burkina-Faso développé ce qu'on a appelé " les relations à plaisanterie ". Lorsqu’ intervient, entre deux ou plusieurs personnes d'ethnies différentes, un différent susceptible de constituer les prémices d'un conflit inter-ethnique, les insultes sont prises comme de simples plaisanteries. Ceci permet de limiter les différents aux mots et évite évidemment d'envenimer les choses comme cela se produirait si elles étaient prises au premier degré. On aplanit ainsi les difficultés qui peuvent surgir.

---------------